Cloître


Ernest à l’est

Anachronicoscope

Puisque tout est déréglé, les Dominicains font leur Fête de la Musique un 23 juillet en chapeau haut-de-forme. Accompagné de la star de la musique traditionnelle iranienne, Sohrab Pournazeri, le groupe de chanson française Ernest présente une création pour cette rare occasion, en mode macabre-romantique, sortie d'un monde de Jules Verne complètement à l’ouest.

Ernest se présente comme un évadé du grimoire d'Andersen, inspiré par l'œuvre de Serge Gainsbourg, entre poésie décalée, cynisme et tendresse. Échappés d'un univers fantasque et théâtral qui fait la patte de leur univers visuel, Ernest et ses quatre musiciens ont élaboré un nouveau spectacle de chansons françaises en poussant leurs frontières musicales jusqu'au Moyen Orient. Le romantisme rétro futuriste d'Ernest attire le charme des musiques orientales dans sa machine à remonter le son. Accompagné par les Dominicains dans cette création, le groupe a invité Sohrab Pournazeri, maître réputé de kamancheh (vièle d’Iran), habitué des plus grandes scènes mondiales, ainsi qu'un de ses compatriotes au santour (cithare sur table). Le cloître reconfiguré à la belle étoile par un mapping est le lieu on ne peut mieux rêver pour ce songe d'une nuit d'été vers l’Orient.