Résidence


AKRAM HAJJ - LIBAN

Percussions & électronique

Akram HAJJ est un batteur libanais de 30 ans dont la vie a basculé : sa main a été estropiée lors des manifestations libanaises de 2019. Du jour au lendemain il ne pouvait plus jouer de la batterie. D'une période qu'il qualifie lui-même comme "noire" a abouti à de nouvelles perspectives, celles de définir un nouvel instrumentarium, à partir de xylophone, de percussions et d'électronique. Il formalisera son nouveau répertoire solo aux Dominicains.

Cette résidence de création musicale formalise le premier projet solo de l’artiste. Il déploie son instrumentarium à base d’un xylophone qu’il joue à la main droite et de la batterie à la main gauche. Il y introduit des lignes de basse d’un synthétiseur et des boucles électroniques qu’il fait fusionner.
Ce projet musical présente la narration de ses deux dernières années au Liban. Il cherche à exprimer les différents épisodes qui ont constitué qui il est aujourd’hui, d'une manière poétique et thérapeutique. Son inspiration musicale puise dans le rock progressif et la musique expérimentale mais aussi la musique classique, tout en restant résolument ancrée dans un style très personnel, parfois chaotique, issu du traumatisme et de l'expérience de mort imminente qu’il a vécue au moment de l'explosion du 4 août 2020 à Beyrouth.

Dates de résidence
- du 24/01/2022 au 09/03/2022
 

Dans le cadre du Programme Nafas de l’Association des Centres culturels de rencontre (ACCR), avec le soutien du Ministère de la culture et de la communication.