Résidence


Alexis Paul (France)

Création sonore, orgue de barbarie

« Je suis musicien, et je travaille particulièrement ici sur un projet de création avec un orgue automatique à carton perforé, plus connu sous le nom d’orgue de Barbarie. La particularité de mon instrument, c’est qu’il est hybride. Il est MIDI et acoustique, c’est-à-dire que je peux le piloter avec les cartons perforés traditionnels, qui sont dans l’imaginaire collectif assez bien représentés, ou par un ordinateur ou un instrument virtuel. Cela me donne la possibilité d’interagir en direct avec un instrument de musique mécanique, ce qui est relativement nouveau et intéressant en terme de perspective. » 

Les rendez-vous avec Alexis Paul
Une sieste musicale avec son orgue de Barbarie préparé en association avec le violon Layale Chaker, violoniste de l’orchestre de la paix West-Easter Divan. Une Sieste Musicale pour débrancher… 29 juillet 2018 - 16h

► Pédagogue, il est le maître de cérémonie du Salon Volant et présente le guembri et son musicien, Mourad Belouadi lors de cet after work. 14 janvier 2019 - 19h / Dans le cadre du Festival Les Vagamondes - La Filature, Scène nationale - Mulhouse

Artiste de l’expérimentation et de la rencontre, le musicien et grand voyageur français Alexis Paul est parti, dans différents pays du monde, trouver des cultures, des traditions et des sons. Son orgue de Barbarie revisité entame les conversations, et sa quête l’entraîne, vers les questions qui s’imposent. Ses recherches sont artistiques, esthétiques, historiques, sociologiques et techniques. Alexis Paul compose, créé, improvise et mêle art sonore, approches poétique et sociétale dans son projet Saudaá Group. Depuis 2014, il travaille ainsi sur les liens entre créations populaires et compositions à l’orgue de Barbarie. Au cœur de sa proposition où traditions et nouvelles écritures cohabitent, l’orgue est entièrement revisité. De cet élan naissent des textures sonores puissantes, répétitives, auxquelles s’ajoutent des sources électroacoustiques, des musiciens invités et des réflexions sur l’usage ou l'itinérance de l’orgue. En s'inspirant des traditions nomades et médiatrices de son instrument, Alexis Paul voit la musique comme « outil » et non comme « destination ». Les éléments collectés le nourrissent dans ses créations, et documentent son analyse de « la portée poétique de la musique mécanique aujourd’hui ». Musicologue et pédagogue musicologue, l’artiste partage ses connaissances et sa grande culture. Son instrument, d’ailleurs est historiquement un objet musical de transmission. Alexis Paul explique : « C’était un instrument joué par les saltimbanques après le Moyen-Age, beaucoup au XVIIIe siècle. Il a permis la transmission de la musique savante, jouée dans les cours, au peuple. C’est un instrument fondamentalement lié à la transmission du savoir. Je me suis dit qu’il serait dommage de ne pas intégrer cette dimension, l’itinérance. »

De nombreux projets et la musique depuis toujours Alexis Paul a commencé la musique à 7 ans : la trompette puis la guitare, la basse… « J’ai toujours joué de la musique, explique-t-il. En parallèle, j’ai fait des études en gestion culturelle, ce qui m’a amené à travailler 4 ans pour le Point Éphémère. J’y ai travaillé à la création d’un lieu de résidence d’artistes dans un château abandonné. Ça s’appelle le Château Éphémère. Son univers artistique, aujourd’hui, nourri de ses expérimentations et rencontres, est méditatif, onirique et porte en son sein toutes ces influences d’ici et d’ailleurs, passées et futures.

Dates de résidence
Du 27 au 30 juillet 2018