Résidence


Jem the Misfit (Nouvelle Zélande)

Résidence vidéo

Etoile montante de la scène électronique berlinoise, Jemma Woolmore alias Jem the Misfit, revient aux Dominicains et prépare une création numérique exclusive pour le concert Bach the minimalist du 29 mars 2019 avec la Compagnie La Tempête. La talentueuse artiste accompagne et complète les recherches menées autour de l’atemporalité de l’œuvre de Bach. Son mapping live participe à l’immersion des spectateurs dans cet univers envoûtant aux influences multiples. Ses talents s'intensifient au fil des années et la création attendue aux Dominicains s’annonce une fois encore inédite, immersive… Le mapping live de Jem the Misfit, il faut le vivre pour le croire…

Sa dernière création pour le Centre Culturel de Rencontre, Ephemeral Geometry happe l'attention des visiteurs de l'ancien couvent dès qu'ils franchissent le seuil de la porte.

Originaire de Nouvelle-Zélande, Jemma Woolmore alias Jem the Misfit est diplômée des beaux-arts de Wellington (NZ). Son titre obtenu, elle voyage, continue à se former et à travailler avant de s’installer à Berlin. Elle y rencontre des artistes, fréquente des festivals de mapping et très vite est qualifiée par la critique d’étoile montante de la scène électronique. Adeptes de l’électro minimaliste, le style de Jem the Misfit est unique, composé d’abstractions et de structurations de l’espace. Il n’est pas aisé de qualifier ses créations qui empruntent à la musique électronique et aux arts visuels de la scène. L’artiste multi talents réalise des performances audio-visuelles, des installations, des conceptions optiques, graphiques et sculpturales sur mesure, du mapping. Entre rêves et réalités, les utopies de Jem the Misfit flouant les frontières du réel et du virtuel. La créatrice apprivoise la lumière et l'image, explore les infinies possibilités spatiales, travaille la visualisation des couleurs, formes et textures. « J’aime créer des structures imaginaires, trouver des effets, développer des choses nouvelles », explique Jem the Misfit. Inspirée par des motifs naturels, les cristaux notamment, et imprégnée d'un sens aigu de la science-fiction, Jem the Misfit utilise des symboles, des images vivantes et interroge les frontières de l’utopie. Dans ses shows incroyablement aboutis, les paysages abstraits et les structures diaphanes et translucides naissent et se cachent. Le micro rejoint la macro, l'environnement visuel, sonore et sensoriel ne font plus qu’un, prennent vie et s’émancipent. Spectacles vivants, vibrants, exaltants Jem the Misfit manie l’émotion et ses performances sont des moments éphémères, intenses, créateurs et propagateurs d’exaltations. Jem The Misfit est déroutante, passionnément et rythmique, à la folie ! Son travail a été présenté et salué au niveau international par exemple lors du Mapping Festival (CH), Festival de convergence (UK), Sonos Studio (Etats-Unis), Festival de Berlin, ou MUTEK Mexique. Ses créations sont des performances, des productions sur mesure, des représentations, des installations, des objets de design... La vidéaste collabore et performe avec d’autres artistes. Elle poursuit son chemin, avide de nouvelles expériences et expérimentations. Ces rencontres et confrontations la nourrissent : Jem the Misfit ne cesse de progresser.

En 2016, Jem the Misfit, était en résidence aux Dominicains, avec André Uhl, DJ et producteur allemand. Les deux adeptes de l’électro minimaliste ont signé une création numérique pour les Dominicains, laboratoire de sons et d’images. Les spectateurs ont pu également découvrir leur dernier spectacle, Creatures AV, pièce étrange et captivante sélectionnée en 2015 à l'occasion du célèbre Mapping Festival de Genève.