Résidence


Jemma Woolmore (Nouvelle Zélande)

Direction artistique "Hemisphera"

Jamais deux sans trois : étoile montante de la scène électronique berlinoise, l'artiste multimedia néo-zélandaise Jemma Woolmore puise son inspiration au couvent des Dominicains, où elle revient en 2021 lors d'une troisième résidence autour de son œuvre Hyphosphere. Auteur de performances immersives et d'installations in situ jouant avec le son, les images et la lumière, elle a signé une œuvre spécialement pour les Dominicains, visible à l'accueil du couvent.

Jemma Woolmore, alias Jem the Misfit, est diplômée des beaux-arts de Wellington (NZ). Son titre obtenu, elle voyage, continue à se former et à travailler avant de s’installer à Berlin, où elle est désormais membre du collectif d'artistes audiovisuels Lacuna Lab. Elle y fréquente des festivals de mapping et, très vite, est qualifiée par la critique d’ « étoile montante » de la scène électronique. Adepte de l’électro minimaliste, Jem the Misfit s'est créé un style unique, composé d’abstractions et de structurations de l’espace.

Se jouant des limites entre réel et virtuel, le travail de Jem the Misfit explore les possibilités spatiales et émotionnelles de la lumière, du son et des images lors de performances dont l'esthétique emprunte notamment à celle des cristaux. Plus que simplement audiovisuelles, celles-ci sont des expériences à vivre pour plonger dans une forme d'inconnu, dans un monde de science-fiction perdu entre échelles macro et micro, dans une utopie sensorielle. Lors de ses shows incroyablement aboutis, des paysages abstraits et des structures diaphanes naissent et se cachent. Son travail a été présenté et salué au niveau international, notamment lors du Mapping Festival de Genève (Suisse), du festival Convergence (Royaume Uni), au Sonos Studio (Etats-Unis), à Berlin, au Mexique...

En 2021, elle signe la création géodésique qui sera présentée au DOVNI des Dominicains, Hyphosphere. Il s'agit d'une œuvre immersive destinée à plonger le public dans un monde à 360°, inspiré par le développement des champignons et leur interconnection avec l'écosystème forestier. Se jouant des échelles, ce voyage part d'un monde souterrain pour aller vers la lumière puis revenir à son point de départ.

L'artiste était déjà présente en 2019 pour une intervention numérique lors du concert Bach the minimalist. Sa dernière création pour le Centre Culturel de Rencontre, Ephemeral Geometry, happe l'attention des visiteurs dès qu'ils franchissent le seuil des Dominicains. En 2016 déjà, Jem the Misfit était en résidence aux Dominicains avec le DJ André Uhl. 

Dates de résidence